Jean-Christophe Lagarde ; suggère à Hollande de "redonner la parole aux Français"

Publié le 25 Avril 2013

Le porte-parole de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, a estimé mardi que le chef de l'Etat devrait se "poser des questions" face au rejet massif de sa politique par les Français, changer de direction et, "s'il en est incapable", redonner "la parole aux Français".

"Vu l'ambiance dans le pays, on peut se poser la question de savoir si le président de la République n'aurait pas à gagner à donner une respiration aux Français en leur redonnant la parole", a lâché le député de Seine-Saint-Denis lors d'un point de presse à l'Assemblée nationale.
"Si au lieu de s'occuper d'autres choses, il s'attelait à l'essentiel de son boulot, c'est-à-dire à retrouver du travail, à arrêter les licenciements et les fermetures d'entreprises. Et, s'il n'est pas capable de le faire, il faudra bien qu'il rende aux Français la parole, parce que je pense que lorsqu'il y a 75% d'une population qui ne peut plus supporter votre politique, votre pouvoir ni votre gouvernement, un homme d'Etat responsable se pose des questions", a-t-il ajouté.
"A 52% de non, un homme d'Etat bien plus grand, le général de Gaulle, avait tout remis en cause (référendum de 1969 sur la réforme du Sénat et la régionalisation, ndlr), à 75% (taux d'impopularité actuel du chef de l'Etat, ndlr), M. Hollande serait bien inspiré de réfléchir", a lancé le porte-parole de l'UDI.
A la question: devrait-il procéder à un référendum ou à une dissolution de l'Assemblée?, le député de Seine-Saint-Denis a botté en touche.
"C'est lui qui est président de la République. Mais s'il faut une dissolution, faisons une dissolution", a-t-il ajouté.
"Mais je pense que le chef de l'Etat doit maintenant prendre la mesure de ce qui se passe. Ce n'est pas à travers des mesurettes démagogiques et des clivages sur des sujets de société qu'il va rendre confiance aux Français", a-t-il déclaré, en appelant le chef de l'Etat à "avoir un cap économique et à s'y tenir" et à ne pas tout justifier par "l'héritage".
"Le plus gros reproche que l'UDI a à faire au président, c'est qu'il aggrave la crise", a-t-il expliqué, en reprochant à François Hollande d'attendre "pour voir comment les choses vont se passer". "Ce n'est pas le rôle d'un chef d'Etat et c'est les Français qui en souffrent", a-t-il insisté.


PARIS, 23 avr 2013 (AFP) -
pr/vdr/kap/df

Rédigé par Section UDI Asnières sur Seine

Commenter cet article