En sept ans, le chômage n'a pas baissé une seule fois !!!

Publié le 1 Juin 2015

Le nombre de chômeurs inscrits dans les catégories A, B et C en métropole n'a pas reculé depuis mai 2008, hors août 2013 à cause du bug SFR. Soit 84 hausses en 84 mois: en sept ans, il a explosé de 75%. Toute baisse durable est impossible à court terme.

Stop ou encore? Le gouvernement dévoilera ce lundi à 18 heures les chiffres du chômage pour le mois d'avril. Précisément le nombre de demandeurs d'emplois inscrits à Pôle emploi. Or la tendance, n'en déplaise à François Rebsamen qui s'évertue chaque mois à démontrer le contraire, n'est pas franchement à l'amélioration. Jugez par vous-même: deux mois d'affilée de hausse (+12.800 en février et + 15.400 en mars) faisant plus qu'annuler la baisse de janvier (-19.100), 30ème mois de hausse sur les 34 de présidence de François Hollande et 615.000 chômeurs de plus au compteur de la catégorie A (sans aucune activité) en métropole.

Pis, l'indicateur phare de Pôle emploi a dépassé -et ce pour la première fois de l'histoire des statistiques du chômage- la barre symbolique des 3,5 millions d'inscrits dans l'Hexagone à la fin mars. «Les mesures adoptées commencent à porter leurs fruits», avait alors sommairement commenté le ministre du Travail, alors que le nombre de chômeurs supplémentaires dans l'Hexagone atteignait 163.400 sur un an et que celui du nombre de moins de 25 ans ressortait, sur un mois, à la hausse! Avant de promettre que le gouvernement continuerait à se mobiliser pour l'emploi en France…

La situation est même encore plus catastrophique si l'on prend en compte -ce que ne fait pas l'exécutif, qu'il soit de droite ou de gauche- les demandeurs d'emploi inscrits dans les catégories B et C, à Pole emploi c'est-à-dire en «activité réduite» car ils effectuent des petits boulots de plus ou moins 78 heures par mois. Là encore, les chiffres parlent d'eux-mêmes: pas une baisse en un an et une seule depuis le début du quinquennat, précisément en août 2013, le mois du désormais célèbre et fameux… «bug SFR».

A cette exception près, la dernière baisse du nombre d'inscrits dans les catégories A, B et C remonte à… mai 2008! Depuis le démarrage de la crise, il a explosé de 75%, à près de 5,3 millions en métropole. Dit autrement, il a pratiquement doublé en sept ans et a augmenté (hors bug SFR) 83 mois sur… 83! Le mois dernier, ce sont encore 28.000 demandeurs d'emploi en plus qui sont venus gonfler les rangs des catégories A, B et C.

Rédigé par Section UDI Asnières sur Seine

Publié dans #asnieres, #politique, #politique UDI, #politique asnieres, #UDI, #UDI asnieres, #social, #solidarite, #centristes, #emploi

Commenter cet article