Entre alliance et indépendance, Pas d'Atermoiements:Le CENTRE est son projet !!!

Publié le 14 Avril 2015

Entre l'alliance et l'indépendance …..

Jean-Christophe Lagarde, souhaite construire une formation indépendante, en négociant des accords pour les régionales au cas par cas, Hervé Morin voudrait que l'UDI aille jusqu'à participer à la primaire de l'UMP.

Jean-Christophe Lagarde, sonne le rappel aux règles. Pour les prochaines régionales comme pour la primaire ouverte de l’UMP, recadrant, au passage son concurrent battu lors de la campagne interne, Hervé Morin, l’ancien ministre de la Défense de Nicolas Sarkozy.

A l’approche des élections régionales, le député maire de Drancy, à la tête de la formation créée par Jean-Louis Borloo, ne veut pas que ses troupes partent individuellement et localement entamer des discussions avec les alliés de l’UMP pour obtenir des places sur les listes.

«Les discussions se feront de parti à parti. L’union ne peut pas se faire avec des débauchages individuels. Non seulement cela fragiliserait l’UDI mais ce serait contre-productif par rapport aux buts recherchés par l’UMP», a prévenu, samedi, Jean-Christophe Lagarde devant le conseil national de l’UDI. L’ensemble des chefs de file pour les centristes devraient être désignés avant la fin mai. L’UDI revendique d’ores et déjà la prééminence dans trois régions, le centre avec le patron du groupe à l’Assemblée nationale, Philippe Vigier, la Bourgogne-Franche Comté avec François Sauvadet, réélu président du conseil général de Côte d’Or et la Normandie réunifiée avec Hervé Morin. «Sur l’Ile de France, il y aura zéro négociations», avertit Jean-Christophe Lagarde. L’UDI est bien décidée à maintenir la candidature de la sénatrice de Paris, Chantal Jouanno jusqu’au bout face à celle de Valérie Pécresse «tout simplement parce que ces deux listes séparées feront plus de voix au premier tour».

Pour balancer cette position bien arrêtée, Jean-Christophe Lagarde a annoncé, en marge de cette réunion qu’il allait prochainement rencontrer Laurent Wauquiez, chef de file de l’UMP dans la grande région Rhône-Alpes Auvergne. Jusqu’à présent très remontée contre un candidat jugé «en voie d’extrême droitisation» au point de menacer de présenter un candidat contre lui, le président de l’UDI semble prêt à mettre de l’eau dans son vin. «Soit il considère qu’il n’y a pas besoin des centristes et on en tire les conclusions, soit il considère qu’il faut qu’il y ait une coalition, alors il faut voir», a-t-il dit au sujet de cette future rencontre.

LA PARTICIPATION À LA PRIMAIRE UMP, UNE ÉPINEUSE QUESTION

Mais la mise en garde la plus ferme a été adressée à Hervé Morin, favorable à une participation des centristes à la primaire ouverte de l’UMP. Jean-Christophe Lagarde n’entend pas déroger au calendrier qu’il s’est fixé. L’UDI réunira un congrès au printemps 2016 afin de valider sa stratégie en vue de la présidentielle de 2017. «Décider de cela aujourd’hui est une imprudence à laquelle moi, président de l’UDI, je ne me livrerai pas. Personne ne connaît la situation politique du printemps prochain». De son côté, Hervé Morin a réaffirmé qu’il irait discuter de l’organisation de cette primaire avec l’UMP «quoi qu’il arrive». «L’UDI s’est construite avec Jean-Louis Borloo sur une règle : les partis sources ont décidé de mettre en commun le projet politique, les investitures et la discipline. Si une des composantes décide de faire autrement, elle se met en faute», a rappelé Jean-Christophe Lagarde qui prévient : «si Morin va négocier pour le Nouveau Centre avec l’UMP, alors on réunira les instances».

Pour Laurent Hénart, président du Parti Radical valoisien, une des composante de l’UDI et maire de Nancy, «pas question de double appartenance avec l’UMP, ni de primaire». «Je veux que nous consacrions 2015 enfin à décider d’être nous-mêmes, le centre avec son projet et ses ambitions», claironne le président de l’UDI. «2017 n’est pas la dernière élection présidentielle et je pense qu’à chaque élection présidentielle nous avons vocation à porter notre projet. Nous devons apprendre chez les centristes, et faire mentir les observateurs politiques, à construire une aventure politique», ajoute le député maire de Drancy qui se verrait bien lui-même porter les couleurs de l’UDI à une future élection présidentielle. A condition que l’UDI tienne jusqu’en 2017 et après.

Commenter cet article