Des nouvelles de Jean-Louis Borloo...

Publié le 16 Juin 2014

Borloo : "Ma santé s'améliore"

Très actif depuis son retrait, l’ex-ministre apporte son soutien au candidat à sa succession à l’Assemblée.

"Je n'ai plus l'énergie indispensable pour exercer mes mandats pleinement, même si ma santé s'améliore." Dans une lettre manuscrite que publie le JDD, Jean-Louis Borloo, qui a annoncé son départ de la scène publique début avril, apporte son soutien à Laurent Degallaix. Ce dernier, proche de Borloo et actuel maire de Valenciennes, se présente dimanche prochain à sa succession comme député du Nord. Dans cette missive qui figurera au dos de tracts distribués dès mardi dans son ancienne circonscription, l'ex-ministre d'État dit de son écriture fine "souhaiter de tout son cœur" la victoire de Degallaix.

Mis à terre au mois de janvier par une pneumopathie aiguë doublée d'une septicémie, Jean-Louis Borloo poursuit méthodiquement son débranchement de la vie politique française. Il a déjà été remplacé à la tête du groupe UDI à l'Assemblée nationale par Philippe Vigier, député de l'Eure-et-Loir. Reste maintenant cette législative partielle, organisée les 22 et 29 juin. Puis encore sa succession à la tête du parti radical. L'âpre compétition qui se joue entre Laurent Hénart et Rama Yade sur fond d'accusations de fraude s'achève dimanche prochain. Enfin, dernière étape, il faudra ensuite élire un nouveau président à l'UDI. Hier, lors d'un conseil national, la date du congrès a été fixée au 15 novembre, après un vote par correspondance en octobre.

Pour lire la lettre de Jean-Louis Borloo en intégralité, cliquez ici.

Pendant qu'il solde son héritage politique, Borloo s'efforce de ne donner à voir de lui que l'image d'une nouvelle vie. Quand il livre une vidéo pour les militants, à la veille des européennes, il se présente barbu, chemise ouverte et pull en V. Un uniforme de retraité. Et quand il réapparaît cravaté, c'est pour participer, le 28 mai dernier, à Roland-Garros à la soirée Sports et philanthropie. Il est venu accompagner sa femme, Béatrice Schönberg, qui lance sa propre fondation. En forme, il se laisse photographier aux côtés du réalisateur Élie Chouraqui. "Il a pris des notes, cela l'a beaucoup intéressé", explique Didier Justet, directeur de la maison des fondations, l'organisateur de la soirée. Retiré de la politique Jean-Louis Borloo? Vraiment? Prêt à se reconvertir dans le mécénat? Comme souvent avec lui, la réalité est beaucoup plus complexe.

"Qu'on respecte mon retrait et mon silence"

En vérité, depuis que "sa santé s'améliore", même s'il doit encore se rendre parfois à l'hôpital, l'ancien avocat n'en finit pas de s'affirmer comme le plus central des centristes. Pendu à son téléphone. "Il passe sa vie à déjeuner et à dîner avec tout le monde, s'amuse l'un des dirigeants de l'UDI. Il a découvert que le pouvoir venait de l'éloignement." Mais avec toujours cette ambivalence si propre à Borloo. "Qu'on respecte mon retrait et mon silence", gronde-t-il devant des proches, alors que des informations ont filtré, indiquant qu'il soutenait Hénart, son ancien protégé, contre Yade, venue de l'UMP après son limogeage du gouvernement Fillon. Un élu vend ce secret de Polichinelle : "Mais oui, il soutient les deux Laurent, Hénart pour le parti et Degallaix pour le Nord."

"Il n'a pas envie de s'impliquer dans la campagne, jure pour sa part Laurent Hénart. Mais en même temps, les gens qu'il a toujours eus dans son équipe sont avec moi." Des rencontres avec Borloo, les élus sortent avec des impressions contrastées. L'un pense que depuis son Aventin, loin des logiques partisanes, Borloo rêve toujours de Matignon sous une éventuelle nouvelle présidence Sarkozy. Hénart est, lui, formel. "Borloo exclut de revenir dans la vie publique. Et je sens bien qu'il est sincère au moment où il le dit", assure-t-il avant d'ajouter : "Mais le bonhomme est débordant d'idées et il a encore la flamme."

Soazig Quéméner - Le Journal du Dimanche

dimanche 15 juin 2014

Rédigé par Section UDI Asnières sur Seine

Commenter cet article